Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Émission Cash Investigation : « une présentation à charge sans débat contradictoire, diffamatoire qui n’est que la volonté d’un profit médiatique aux dépens de nos patients et soignants » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Nous avons vu l’émission Cash Investigation intitulée « Liberté, Santé, Inégalités »,  diffusée le 13 janvier. Le sujet de ce document aborde l’organisation de la médecine sur les déserts médicaux, les autorisations d’activité et le secteur de la Néphrologie et dialyse (à partir d’une heure et dix minutes).

Le Syndicat des Néphrologues Libéraux (SNL) seul syndicat de la spécialité dans le secteur libéral regrette une présentation à charge sans débat contradictoire, diffamatoire qui n’est que la volonté d’un profit médiatique aux dépens de nos patients et soignants. L’émission comporte de nombreuses approximations.

I-Les accusations d’escroquerie 

Les néphrologues Libéraux se voient accusés d’escroquerie car ils factureraient des actes non réalisés et bénéficieraient d’une rente indue de situation (01h25). Le reportage met en scène en caméra cachée un individu présenté comme un Néphrologue expert qui démontre la supercherie en pratiquant le spectacle d’une médecine bâclée, non conforme aux recommandations de bonne pratique. Ce néphrologue probablement peu expérimenté ne pratiquait d’ailleurs pas son métier comme titulaire dans le service ou il se présente.

La méprise de cet individu est basée à notre sens sur deux questions. Que défini l’acte dont on parle d’une valeur d’environ 40 euros ? et à quels patients s’applique cet acte ?

Et bien cet acte n’est absolument pas celui d’une consultation même de 25 minutes. Il s’appelle « surveillance d’une séance de dialyse ». Il s’agit d’un forfait par patient et par dialyse global qui inclus ce qui se passe en amont de la dialyse (prescription, mise à jour du dossier…), au moment de la dialyse pendant les 4 ou 5 heures de traitement (présence médicale continue en salle de dialyse obligatoire par la réglementation, traitement des évènements médicaux voir des urgences pendant la séance…) et en aval (gestion du dossier notamment de greffe, interprétation et prescription des résultats biologiques, de la qualité de la dialyse, modification de la prescription de dialyse, surveillance de l’abord vasculaire,  lettre aux correspondants médicaux …).

La réglementation nous impose aussi une astreinte médicale en dehors des plages d’ouverture du service, nuit dimanche et jours fériés non rémunérée que nous incluons dans cet acte de « surveillance ».

Cet acte de 40 euros ne s’applique qu’aux malades les plus âgés, les plus comorbides, les plus complexes et les plus fragiles dialysés en centre de dialyse « lourds ». Pour les autres, les Néphrologues ont créé d’autres structures en hiérarchisant les besoins en dose médecin des malades. L’acte de surveillance défini plus haut ne s’y applique pas,

Dans toutes ces structures et selon les besoins du patient, seule une consultation peut être tarifée par le néphrologue (30 euros et non pas 35 comme signalé dans l’émission) à une fréquence adaptée au patient, minimale selon les structures d’une par semaine, d’une par mois jusqu’à l’absence de cotation pour les patients en dialyse à domicile. Ces centres allégés permettent de traiter les malades au plus près de leurs besoins, de leur domicile et de libérer de la place dans les centres « lourds ». Ils permettent également de réduire le cout global de la dialyse.

II-Les accusations mensongères de refus de la greffe

Il est affirmé que nous gardons en dialyse les patients au lieu de les greffer pour des raisons financières. C’est une accusation grave.

La réalité tient plus à la pénurie de greffon, aux difficultés de disposer d’un donneur vivant alors même que la majorité des patients dialysés sans contre- indication sont inscrits sur liste de greffe. Certes cette inscription prend un peu de temps, nécessite le contrôle préalable des facteurs de risque notamment cardiaque et vasculaire. Le travail du Néphrologue et de l’équipe soignante est de maintenir la qualité du traitement de dialyse, la qualité de vie du malade, l’éducation et l’éviction des facteurs de risque jusqu’à la transplantation. Nos rapports avec les équipes de transplantation sont excellents, les échanges fréquents pour augmenter le nombre de transplantations.

Ce documentaire ne peut que desservir la cause qu’il croit défendre en altérant la confiance des patients, des équipes soignantes, du public. La confiance est un préalable à la relation médecin-patient.

Ainsi le Syndicat des Néphrologues Libéraux entend exercer son droit de réponse à l’encontre des propos tenus au cours de l’émission Cash Investigation intitulée « Libertés, Santé, Inégalités » et déclare avoir, d’ores et déjà, porté plainte pour diffamation publique.

Lire le communiqué en ligne

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share