Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Les directeurs des soins veulent être reconnus !

Imprimer la liste
Share

Le 27 mars 2013, au ministère de la santé, les directeurs des soins se sont fait entendre :
la mobilisation était forte, d’abord devant le ministère, où plus du quart du corps était rassemblé, soutenu par des collègues des autres corps de direction. Ensuite par les autres expressions des directeurs des soins : grève, courriers collectifs de plusieurs régions, interventions auprès des élus…

Une délégation des quatre syndicats était alors reçue par le directeur de cabinet de la ministre et ses collaborateurs du cabinet et de la DGOS. Les syndicats ont fait part des fortes attentes des directeurs des soins et obtenu une première assurance : celle de la volonté de la ministre de revoir l’arbitrage interministériel communiqué le 22 février 2013, que tous jugent très insuffisant.

Des rencontres bilatérales avec les syndicats ont eu lieu au cabinet dès les jours suivants. Elles ont permis de préciser les pistes ministérielles et de les confronter aux attentes et aux revendications, dans un climat d’écoute et de transparence sur les intentions de chaque partie, mais aussi dans le rappel de l’exigence commune des syndicats et des associations professionnelles.

Les représentants des syndicats de directeurs et des associations de directeurs des soins
rappellent leur exigence simple : que le gouvernement reconnaisse enfin les directeurs des soins comme des directeurs à part entière et qu’il en tire toutes les conséquences statutaires, en permettant un déroulement de carrière correspondant pleinement aux responsabilités de direction.

Cette exigence ne vise pas que la revalorisation, mais aussi le rétablissement de l’attractivité, pour enrayer la chute très rapide des effectifs. L’absence de perspective incite aux départs : les établissements, les instituts de formation et les ARS manquent déjà de directeurs des soins et le déséquilibre empire, au détriment de la qualité du management et des recompositions nécessaires.

Les syndicats de directeurs et les associations de directeurs des soins resteront mobilisés. Leur exigence n’est pas négociable car le critère de la reconnaissance est simple : le déroulement de carrière de tous les directeurs aboutit aux échelles lettres, dans le statut particulier et pas seulement dans le statut d’emploi fonctionnel. Cela doit donc être le cas pour tous les directeurs des soins.

C’est selon ce critère simple que les directeurs des soins vérifieront la réalité de la reconnaissance statutaire. A travers celle-ci, tous les directeurs jugeront de la confiance ministérielle régulièrement exprimée, mais qui doit à présent se traduire dans les faits.

A défaut, les directeurs ne pourraient que constater que le blocage se trouve maintenu, augurant mal de l’évolution des autres dossiers, notamment les engagements de l’Etat mentionnés dans le protocole d’accord du 29 juillet 2011, qui restent encore à appliquer. Leur mobilisation ne pourrait alors que se poursuivre et s’amplifier.

Contact Presse :
Mathieu Varlet
Stagiaire assistant chargé de communication
CHU Nîmes
mvarlet.chunimes@gmail.com

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share