Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Réingénierie du diplôme d’infirmière puéricultrice : les infirmières puéricultrices appellent à manifester le samedi 13 juillet

Imprimer la liste
Share

Lors des Journées Nationales d’Etudes de l’ANPDE (Association Nationale des Puéricultrices Diplômées et des Etudiants), qui se sont déroulées du 19 au 21 juin dernier à Lyon, la réforme du diplôme d’État de puéricultrice était cette année encore au centre des préoccupations et des discussions. La profession est toujours en attente d’un cadrage interministériel (Ministère des Affaires Sociales et de la Santé et Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche) sur le niveau de grade Master.

Face à cette situation, Sébastien Colson, Président de l’ANPDE, soutenu par l’ensemble du Conseil d’Administration de l’association, et Patricia Faivre, Présidente du CEEPAME (Comité d’Entente des Écoles Préparant Aux Métiers de l’Enfance) appellent l’ensemble de la profession à la mobilisation le 13 juillet prochain pour soutenir le Master et souffler les 30 bougies d’un programme de formation totalement désuet.

Le programme de formation n’a jamais été réactualisé depuis 30 ans, le dernier datant de 1983. Son contenu est obsolète et inadapté aux besoins actuels des professionnels, des enfants et des familles. Les compétences à acquérir et à développer ne correspondent plus au programme,

Après les nombreuses productions déjà réalisées par le groupe de travail sur la réforme de la profession d’infirmière puéricultrice, aucun cadrage ministériel n’a été défini. “On attend de nous un référentiel métier alors que nous n’avons toujours pas de lettre de cadrage qui détermine la durée de notre formation. C’est une manière de jouer la montre. Pourquoi un tel mépris ?”, questionne Sébastien Colson.

Soutenue par l’ANPDE et la CEEPAME, c’est maintenant à la profession de montrer qui elle est et ce qu’elle veut. Cette 1ère action, accompagnée d’un courrier au Ministère des Affaires Sociales et de la Santé et au Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, sera suivie d’autres actions tant que nous n’obtiendrons pas gain de cause.

 

Pourquoi un grade Master ?

L’évolution du métier, la place de l’infirmière puéricultrice dans le système de soins, la santé publique française et le contexte international requièrent une formation d’infirmière puéricultrice spécialiste clinique certifiée par un diplôme d’Etat et par un grade Master.

L’infirmière puéricultrice intervient dans les secteurs hospitalier, extra-hospitalier et libéral, auprès des enfants, de la naissance à l’adolescence, au sein de sa famille. Son positionnement s’intègre dans le contexte de la loi HPST1, pour garantir la sécurité des enfants et de leur famille. Face à l’augmentation des enfants nés prématurément, des erreurs de médicaments et de dosage, des sorties précoces de maternité, de la précarisation des familles, des pathologies chroniques et psychiatriques… le rôle et les soins dispensés par l’infirmière puéricultrice en sont d’autant plus indispensables.

 

Rendez-vous le 13 juillet 2013 à 13h00
Devant le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé 14 avenue Duquesne – 75007 Paris

 

Contact presse
LauMa communication
Emmanuelle.klein@lauma-communication.com – 01 73 03 05 20 – 06 70 98 68 20 Anais.marcovici@lauma-communication.com – 01 73 03 05 25 – 06 61 66 60 88

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share