Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Amiante : un risque souvent non perçu

Imprimer la liste
Share

L’Institut National de Recherche et de Sécurité (INRS), en collaboration avec la Confédération de l’Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment (CAPEB) et l’Institut de Recherche et d’Innovation sur la Santé et la Sécurité au Travail (IRIS-ST), a mené une étude sur l’exposition à l’amiante de plombiers-chauffagistes. Les résultats de la campagne de mesure, réalisée à l’aide de badges de prélèvements, ont été croisés avec les réponses à un questionnaire soumis aux travailleurs, et montrent que les professionnels du bâtiment ne sont pas toujours conscients du risque : 40 % des individus exposés pensaient ne jamais avoir été en contact avec des fibres d’amiante.

Les professionnels intervenant dans des bâtiments ou sur des équipements anciens sont susceptibles d’inhaler des fibres d’amiante. Près d’un million de travailleurs dans le secteur du bâtiment seraient concernés par ce risque. Pour les métiers dont l’activité n’est pas directement liée à l’amiante (électricien, plombier, couvreur, …), les expositions à ce polluant sont occasionnelles et souvent fortuites. L’objectif de l’étude était de qualifier un nouveau moyen de prélèvement dont la mise en œuvre est plus simple qu’un dispositif de prélèvement conventionnel, et particulièrement adapté a un prélèvement sur une longue période. Cette méthode très innovante, n’avait été expérimentée qu’une seule fois en Angleterre auparavant. L’étude a nécessité des travaux de validation avant d’effectuer la campagne de mesure. Elle n’avait pas pour objet de contrôler le respect de la réglementation, elle ne fournit donc aucune indication à ce sujet.

L’INRS a évalué les performances d’un dispositif de prélèvement utilisant un badge passif en le faisant porter par une population de salariés potentiellement exposés, les plombiers-chauffagistes. Ce badge, qui collecte les fibres par attraction électrostatique, est autonome. Il permet de réaliser des prélèvements de longue durée, favorisant la détection d’épisodes de pollution occasionnelle. D’utilisation simple, il permet également, par envoi postal, d’évaluer simultanément l’exposition de salariés de nombreuses petites entreprises. Associé aux campagnes de prélèvements, un questionnaire a conduit à une meilleure compréhension du niveau de connaissance et de conscience des opérateurs vis-à-vis du risque amiante.

> Communiqué en intégralité en pièce jointe

Contact Presse :
Damien Larroque
INRS / Unité Communication Externe
Chargé des relations presse
01 40 44 14 40

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share