Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

« Décret statut sage-femme hospitalière : il ne faut pas se fier aux apparences…. » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Le décret, paru vendredi 26 décembre 2014, « portant statut particulier des sages-femmes des hôpitaux de la fonction publique hospitalière » ne peut que décevoir et inquiéter les sages-femmes et l’ensemble des associations et syndicats du Collectif des sages-femmes.

En effet, les incohérences et les injustices persistent.

Sur les bancs de la faculté dans la Première Année Commune aux Etudes de Santé, les étudiants choisissent de faire des études de médecine, d’odontologie, de pharmacie et de maïeutique.

Ensuite, une fois les études terminées, c’est la seule profession médicale qui continuera à être employée à l’hôpital en tant que personnel non médical.

Profession médicale définie dans le Code de la Santé Publique avec les médecins et les chirurgiens-dentistes, les sages-femmes restent donc les seules à subir un statut hospitalier différent, statut « particulier » voulu par la Ministre de la Santé.

Le décret présente un statut des sages-femmes positionnant cette profession de la même manière que le précédent. Les sages-femmes sont toujours considérées à part des autres professions médicales.

Ce décret ne crée pas de filière médicale au sein de la FPH, contrairement à ce que les annonces ministérielles avaient laissé entendre. Le Collectif des sages-femmes avait donc raison en dénonçant cette annonce dès le mois de mars 2014.

Le Collectif des sages-femmes, qui n’a pas pu participer aux négociations de ce statut (puisque la réglementation de la FPH réserve ces négociations aux seules confédérations syndicales), ne peut comprendre que celles-ci aient pu accepter un tel texte. Les revalorisations de salaires sont tout aussi décevantes et absolument pas à la hauteur de la responsabilité des sages-femmes. Le Collectif des sages-femmes s’interroge sur les modalités d’application de certaines dispositions du texte, en particulier concernant les fonctions de coordination.

Le Collectif des sages-femmes a fait des propositions concrètes pour une meilleure prise en charge des femmes et de leurs nouveau-nés, en ville comme à l’hôpital (qui était le préambule des annonces de Marisol Touraine en mars dernier).

De nombreuses études internationales et le rapport de la Cour des comptes de 2011 confirment qu’il faut s’appuyer sur les sages-femmes en termes d’efficience. Il est regrettable que les Pouvoirs Publics français n’analysent pas l’organisation du système de santé à l’étranger, là où les sages-femmes sont au cœur du système périnatal, conduisant à de meilleurs résultats sanitaires.

Le Collectif des sages-femmes refuse que la profession soit maintenue dans cette situation mêlant incohérence, ambiguïté et mépris et poursuivra ses actions jusqu’à ce que les sages-femmes soient entendues.

Le Collectif des sages-femmes (ONSSF, CNSF, ANSFC, ANESF, CNEMa, CFTC santé sociaux)

 

Contacts presse pour le Collectif des sages-femmes :

Caroline RAQUIN (Organisation Nationale Syndicale des Sages-Femmes) : 06 66 42 95 94
Nicolas DUTRIAUX (Collège National des Sages-Femmes de France) : 06 12 89 22 64
Yannick LARTIGUE (Fédération Santé CFTC) : 06 81 89 21 92
Isabelle DERRENDINGER (Conférence Nationale des Enseignants en Maïeutique) : 06 46 81 18 01
Sylvie BONNEFONT (Association Nationale des Sages-Femmes Cadres) : 06 74 36 32 45
Clémence  DURAND-TONNERRE (Association Nationale des Etudiants Sages-Femmes) : 06 74 62 52 31
ONSSF
Elisabeth TARRAGA
secrétaire générale
chargée de la communication
presse@onssf.org

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share