Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

« Le politique et les sages-femmes : Incompréhension ? Manipulation ? » (Communiqué de presse)

Imprimer la liste
Share

L’Organisation Nationale Syndicale des Sages-Femmes soutient le communiqué du Conseil de l’Ordre national des sages-femmes adressé vendredi 20 février 2015 à la presse concernant le rapport de la délégation aux droits des femmes de l’Assemblée Nationale.

En effet, celui-ci émet l’hypothèse de permettre aux sages-femmes de pratiquer les IVG chirurgicales et de lever la clause de conscience des professionnels de santé concernant l’IVG.

Depuis plus de 18 mois, les sages-femmes tentent de faire reconnaître leur statut médical et leurs compétences afin de pouvoir les pratiquer en toute sérénité.

Elles souhaitent vivement participer de façon pleine et entière à la santé des femmes, mais en concertation avec les dirigeants et non pas comme des pions à qui on augmenterait les compétences afin de combler une déficience du système de santé.

Les professionnels de santé sont des gens de terrain ; qui mieux qu’eux pourrait envisager des solutions face aux problèmes rencontrés dans le domaine de la santé ?

Le droit à l’IVG est un droit fondamental que les sages-femmes défendent. Si l’accès à l’IVG est compliqué en France, alors posons-nous la question : pourquoi ? L’Etat doit trouver des solutions avec les professionnels de santé mais pas de « rafistolage » en décidant seul et en imposant à une profession de combler un déficit.

Sommes- nous dans un théâtre où les gouvernants manipulent des marionnettes à leur gré et placent leurs pions là où ça les arrange ?

L’ONSSF dénonce le manque de considération répété envers les sages-femmes à qui on refuse l’exercice de leurs compétences définies actuellement par la loi mais à qui on voudrait rajouter des tâches supplémentaires, sans concertation.

Où est le respect de notre profession, des Instances qui la représentent ?

Le droit à l’IVG doit être respecté, les sages-femmes sont prêtes à assurer des IVG médicamenteuses, comme le prévoit le projet de loi de santé mais les sages-femmes comme les médecins doivent pouvoir faire valoir la clause de conscience.

Contact presse :
ONSSF
Elisabeth TARRAGA, secrétaire générale
Chargée de la communication
Tél : 0621942526

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share