Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

« Les prix des médicaments innovants ne doivent pas menacer l’accès aux soins » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Les associations membres du CISS rassemblent des milliers de personnes dont la survie dépend de leurs médicaments. Plus grave encore est la situation des malades pour qui aucun médicament n’existe. Leur objectif n’est donc pas de jeter l’opprobre sur l’industrie du médicament, mais plutôt de comprendre les ressorts, trop souvent opaques, de l’envolée des prix des traitements « innovants » qui semble ne plus connaître de limites.

Ces préoccupations sont d’autant plus fortes que de nombreux signaux négatifs nous viennent d’outre Atlantique. Le marché du médicament aux Etats-Unis est à l’image du système de santé américain : la dépense pharmaceutique moyenne par habitant y est la plus élevée du monde sans pour autant permettre l’égalité d’accès aux traitements innovants.

C’est dans ce contexte que le CISS tire la sonnette d’alarme. Pour que les prix des médicaments ne sapent  pas les fondements de notre système de santé, garant de l’accès de chacun aux traitements les mieux adaptés. Les grands équilibres sont aujourd’hui menacés et c’est en réaction à ces attaques que les associations du CISS s’unissent pour que les usagers, premiers concernés, soient entendus.

Deux hypothèses sont absolument exclues pour la communauté des personnes malades :

  • La pression des prix des médicaments innovants sur les dépenses de santé prises en charge collectivement ne doit pas peser sur le reste-à-charge des personnes malades. C’est une question de droit et d’éthique.
  • La pression des prix des médicaments innovants sur les dépenses de santé prises en charge collectivement ne doit pas conduire à discriminer parmi les malades susceptibles d’y accéder.

En revanche, deux types d’actions doivent être conduits :

  • Mettre en place, en toute transparence, un nouveau mécanisme de fixation des prix des médicaments innovants, non plus basé sur leur seule « valeur thérapeutique », mais incluant également le critère de coût (recherche, développement, production, commercialisation, suivi en vie réelle…) aujourd’hui non pris en compte. Il n’est en effet pas acceptable que les laboratoires obtiennent des prix et des marges exorbitants pour leurs molécules innovantes, et ce sans rapport avec les coûts réels qu’ils supportent. L’industrie du médicament a progressivement privilégié une approche hautement spéculative de la santé. La dérive des prix se fait aux dépens des malades, de la santé publique et de l’efficience des systèmes de santé. La santé des personnes est en jeu, et l’Assurance maladie solidaire n’a pas vocation à générer, encore moins sans transparence, des rentes financières élevées au profit des firmes pharmaceutiques.
  • Améliorer la pertinence des soins, et en particulier de la prescription médicamenteuse, pour libérer des financements nécessaires au développement et à l’accès à l’innovation thérapeutique. Les marges sont réelles et les leviers nombreux pour agir, notamment, sur la sur-médicalisation, les prescriptions systématiques des molécules les plus récentes et les plus onéreuses, les soins redondants à l’hôpital comme en ville, les soins inappropriés. Et ce d’autant plus que ces mésusages, excès et non pertinences peuvent avoir des conséquences graves sur la santé et couteuses pour la collectivité. Activons-nous ! En faisant pleinement confiance au dialogue entre les professionnels et les patients pour privilégier les meilleures stratégies de soins et la codécision.

L’impératif de situer le débat au cœur de la campagne présidentielle 

L’accès aux médicaments innovants n’est pas un thème sectoriel et encore moins le combat de la seule  fraction de la société civile engagée dans des associations militantes. Il concerne l’ensemble de la population, et doit susciter des engagements forts, au plus haut niveau de l’Etat tant les implications économiques et sociales sont importantes.

Les grands équilibres de nos comptes sociaux sont dès aujourd’hui en péril. Notre modèle d’accès aux soins innovants pour tous, fondement essentiel de la cohésion sociale française, justifie de nouvelles règles pour en assurer la pérennité.

Le CISS se mobilise pour inciter les candidats à se positionner clairement sur ces enjeux qui ne doivent pas seulement être considérés au regard de leurs conséquences sur l’attractivité économique et financière de notre pays. Le marché du médicament recèle une bonne dose d’éthique à ne pas négliger si l’on tient encore à ce que le produit de la recherche profite à tous, sans compromettre pour autant la courbe des dépenses remboursées par l’Assurance maladie.

Contact presse :
Marc Paris, mparis@leciss.org – 01 40 56 94 42 / 06 18 13 66 95

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share