Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Attentats de novembre 2015 : Santé publique France lance une enquête en ligne (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

A la suite des attentats du 13 novembre 2015, qui ont endeuillé la France et directement touché des milliers de personnes, Santé publique France lance une enquête épidémiologique, ESPA 13 novembre(1), auprès des personnes touchées. Conçue avec l’université Paris XIII, mise en place en collaboration avec le programme de recherche « 13-Novembre », et avec le soutien des acteurs de terrain(2), institutionnels(3) et associatifs(4), elle vise à estimer l’impact psycho-traumatique de ces évènements, mieux connaître l’utilisation des dispositifs de soins proposés, et sensibiliser les personnes impliquées.

Participer à l’enquête, c’est aider à améliorer la prise en charge
Une étude épidémiologique menée par Santé publique France et l’ARS Ile-de-France après les attentats de janvier 2015 a révélé leur impact important sur la santé mentale des personnes touchées : 6 mois après les événements, près de 4 personnes « civiles » sur 10 présentaient toujours au moins un trouble (stress post-traumatique, dépression, troubles anxieux). De plus, cette étude a révélé que seulement 4% des civils directement menacés ont spontanément consulté(5).

Suite aux attentats de novembre 2015 à Paris et à Saint-Denis, Santé publique France poursuit ce travail de compréhension des psycho-traumatismes et du recours aux soins, et lance une nouvelle enquête, via web-questionnaire, auprès des personnes touchées. Ces travaux permettront d’aider les pouvoirs publics à agir en faveur des populations touchées par les attentats, et d’améliorer les stratégies de réponse face à ce type d’événement.

Du 7 juillet au 1er octobre 2016, l’enquête ESPA 13 novembre sera menée en ligne
Sur la base du volontariat, les personnes concernées de plus de 16 ans pourront participer à cette enquête, en renseignant un questionnaire en ligne portant sur leur exposition aux événements, le retentissement sur leur quotidien et l’impact psychologique des événements, leur recours aux soins et l’accompagnement reçu :

  • Les personnes « civiles », directement visées ou menacées par les terroristes, ayant dû se cacher, témoins directs des
    attaques perpétrées à Saint-Denis et à Paris le 13 novembre ou de l’assaut du 18 novembre à Saint-Denis.
  • Les professionnels étant intervenus, des services de secours et des forces de l’ordre, des associations, des services des villes, de soins, qui ont eu à sécuriser les lieux ou à les réhabiliter, à prendre en charge des personnes blessées
    physiques ou psychiques.
  • Les personnes endeuillées d’un proche.

En lien avec l’enquête, Santé publique France propose un dossier informatif sur les conséquences post-traumatiques : quels sont les signaux qui doivent alerter ? Vers quelles structures se rendre si on souhaite une prise en charge ? Quelles sont les associations de victimes ?

+ d’infos : http://invs.santepubliquefrance.fr/actesterroristes

(1) Enquête de Santé publique Post-Attentats de novembre 2015.
(2) AFORCUMP, CUMP, APHP, CR française, PCP, préfecture de police de Paris, police nationale, ville de Paris, mairie du XI, Commune de Saint-Denis.
(3) Ministère de l’Intérieur, Ministère de la Justice.
(4) INAVEM, FENVAC, Life for Paris, 13 novembre : fraternité et vérité, Paris aide aux victimes.
(5) Attentats de janvier 2015 : premiers résultats de l’étude I.M.P.A.C.T.S pour mieux comprendre et prendre en charge les personnes exposées

Contact presse:
Santé publique France
Vanessa Lemoine/Hélène Nourdin
01 49 33 22 42/ 01 41 79 69 67
presse@santepubliquefrance.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share