Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Les propositions du syndicat des jeunes médecins généralistes à la nouvelle ministre de la Santé (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Dans le cadre de la prise de fonctions de Mme Agnes Buzyn, le Syndicat National des Jeunes Médecins généralistes (SNJMG) a été reçu hier au ministre de la Santé et des Solidarités. Le SNJMG a rappelé l’originalité de son organisation : structure nationale, indépendante, transversale rassemblant les jeunes médecins généralistes quelque soient leur statut : internes/FFi, remplaçants, collaborateurs, jeunes installés ou salariés en Médecine Générale (en ambulatoire ou en hospitalier). Concernant les études médicales, le SNJMG milite contre le parasitisme de structures prives, et l’influence de l’industrie du médicament et des produits de santé. Il demande le respect les étudiants et internes, tant en terme de statut que de conditions de travail, et la diversité syndicale de leurs représentants. Il plaide pour une formation universitaire de Médecine Générale (FUMG) disposant des moyens adéquats pour répondre l’encadrement de près d’un interne sur 2 et au développement d’une véritable mission de recherche. Il demande également une résolution rapide et honorable du gâchis que constitue la situation des médecins « privés de thèse ».

Concernant l’exercice médical, le SNJMG agit pour un exercice plus équilibré entre soins et prévention, une diversification des modes de rémunration – qui ne se passe pas prioritairement par une mesure médico économique comme le paiement  » la performance » type ROSP (1Rémunération sur Objectifs de Sant Publique) dont on connais les limites – et la poursuite de la revalorisation de la Médecine Générale. A l’occasion de la réforme sociale envisage par le Président de la République, le SNJMG demande, une refonte de la protection sociale des médecins conventionnés. Pour les médecins remplaçants, il propose la création d’une rémunération forfaitaire pérenne accessible tous, lie des critères de démographie médicale et, pour ceux qui le souhaitent, l’accès la ROSP (sous une forme adaptée à leur particularité d’exercice).

De la même façon qu’il a oeuvré à l’amélioration des conditions de formation et d’exercice des médecins génralistes, le SNJMG rappelle son attachement des soins accessibles tous. Il rappelle ainsi la proposition qu’il a faite Mme Agnes Buzyn dès l’annonce de sa nomination comme ministre de la Santé : la suppression rapide de toutes pénalités financières pour les patients en soins primaires. Enfin, le SNJMG a encouragé la ministre de la Santé à aller plus loin dans la voie (plus ou moins difficilement empruntée par ces prédécesseurs, suite à l’affaire du Mediator) de la remise en cause de l’influence des industries du médicaments et des produits de santé sur le système de santé français.

Comme son habitude, c’est uniquement en fonction des actes de la ministre que le SNJMG jugera la politique suivie par Mme Agnès Buzyn.

Contact presse :

Emilie FRELAT – Présidente – presidente@snjmg.org

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share