Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Régime Etudiant de la Sécurité sociale : La SMEREP s’insurge contre le projet de loi visant à la suppression du RESS (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Après avoir réuni ses instances démocratiques étudiantes, la SMEREP, première mutuelle étudiante d’Ile-de-France ayant quitté le réseau EMEVIA depuis 2013, a décidé de réagir suite à la décision incohérente de la Ministre de la Santé visant à supprimer la gestion du régime de sécurité sociale étudiante. Une décision qui intervient à un moment où ces derniers ont le plus besoin d’être accompagnés en matière de santé, comme en témoignent les résultats de la dernière enquête de la SMEREP sur la santé des étudiants et lycéens.  L’état de santé général des étudiants en forte dégradationLes résultats inquiétants de sa dernière enquête santé ont conduit la SMEREP à tirer la sonnette d’alarme lors de sa présentation le 29 juin 2017. L’enquête a ainsi mis en lumière la précarisation du niveau de vie des étudiants qui disposent d’un budget mensuel moyen de 379 euros, représentant une baisse de 100 euros en moins de 7 ans. Cette diminution des ressources se traduit par une augmentation des difficultés financières et une détérioration de l’état de santé général des étudiants. Ainsi, 15% contre 12% l’an passé se considèrent en mauvaise santé et 90% renoncent à effectuer une visite régulière chez le médecin. Les difficultés financières vécues par les jeunes sont une source supplémentaire de stress conduisant à des comportements à risque de plus en plus fréquents pour décompresser. La consommation d’alcool et de produits psychoactifs est, de ce fait, en hausse et la vigilance concernant les moyens de contraception contre les maladies sexuellement transmissibles en pâtit également. En effet, 88% des lycéens ne se font pas systématiquement dépister lors d’un changement de partenaire, contre 73% l’an passé.

La prévention santé des étudiants, une nécessité !
Avec plus de 45 années d’expérience, la SMEREP sait que la préservation du capital santé des étudiants et lycéens, à court et long terme, passe par l’action sur le terrain parce que la réceptivité aux messages de prévention est meilleure lorsqu’ils sont portés par des étudiants. C’est la raison pour laquelle la SMEREP, avec d’autres mutuelles étudiantes, met en place des actions récurrentes sur le terrain à destination des étudiants et des lycéens. Ainsi, depuis de nombreuses années, la SMEREP met en place des services adaptés au rythme de vie des jeunes et à leur diversité : accueil jusqu’à 20h, accueil le samedi, service multilingue…

La fin du régime étudiant, un service de moindre qualité ?Conséquence de la suppression du régime étudiant de la sécurité sociale, la prévention santé risque de disparaître, entrainant une recrudescence des comportements à risque. L’inquiétude de la SMEREP porte également sur les procédures de remboursement et tous les services mis en place pour faciliter les démarches, avec par exemple, la gratuité des appels (contre 6 centimes par minute pour le régime général). La SMEREP revendique une qualité de service supérieure à celle de la CNAM avec pour preuve, une augmentation très significative du nombre d’affiliés pour les sécurités sociales régionales, et ce, malgré la possibilité de choisir désormais entre les sécurités sociales régionales et la CNAM.

L’intérêt des étudiants et l’efficacité de gestion, deux oublis de cette réforme

Alors que la remise de gestion versée par l’Etat aux sociétés mutualistes étudiantes régionales est de 47 euros pour un étudiant, la CNAM atteint quant à elle, un coût moyen estimé à 65 euros. Ce montant souffre toutefois d’une réelle opacité, puisque l’information qui permettrait d’évaluer que ce coût n’est pas sous-évalué n’est jamais communiquée.

La réforme portée par Agnès Buzyn, Ministre de la Santé, va donc à l’encontre de l’intérêt des étudiants alors même que les étudiants voient leur niveau de vie en baisser. Pour Hadrien Le Roux, Président de la SMEREP, « Les étudiants sont aujourd’hui au milieu d’un coup politique effectué par la FAGE (Fédération des Associations Générales Etudiantes) au mépris de leurs intérêts. La SMEREP se révolte face à cette proposition démagogique visant à satisfaire les velléités partisanes, politiques et politiciennes de la FAGE qui, jusqu’alors avait toujours soutenu la nécessité de préserver le régime étudiant, à l’instar de toutes les organisations étudiantes. »

La SMEREP propose et préconise de laisser le choix à chacun, étudiants ou non, de choisir son gestionnaire. En outre la SMEREP, en qualité de première sécurité sociale étudiante régionale, s’étonne de n’avoir jamais été consultée sur ce projet de loi, et demande ainsi à être reçue dans les semaines à venir par la Ministre de la Santé ainsi que par le Président de la République pour défendre les intérêts des étudiants.

Pour télécharger ce communiqué de presse en PDF

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share