Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Lettre pour Marine (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

« Avant-hier, nous avons appris le suicide de notre collègue et amie, Marine, interne en dermatologie à Paris.

Nos premières pensées vont à sa famille, ses amis proches, mais aussi à ses collègues co-internes, à ses enseignants actuels et passés.

C’est avec une immense tristesse que nous souhaitions lui rendre hommage. Un hommage optimiste, à la hauteur de ce sentiment qu’elle arrivait à tous nous faire partager, la joie.

Elle restera pour nous cette femme emplie d’enthousiasme, de bonheur, de gaîté qui rayonnait sur son passage. Un positivisme qui forçait le respect. Elle était de surcroit une étudiante brillante.

Elle nous a quittés brutalement, sans que nous puissions agir, nous laissant ce goût amer d’impuissance. Mais par respect pour elle et tout ce qu’elle incarnait pour ses proches et pour nous, elle restera à jamais cette force de la nature qui souhaitait braver les éléments et gravir les montagnes.

Les raisons de son acte sont issues d’un profond mal-être, qui comme bien souvent dans ces circonstances est multifactoriel.

Une personnalité plus fragile à l’intérieur qui malgré un suivi n’a pas réussi à vaincre les souffrances que la vie peut parfois nous réserver.

Aujourd’hui nous ne sommes plus en colère, nous sommes simplement hébétés par ces annonces qui tombent à chaque fois comme une chape de plomb sur nos épaules. C’est devenu une habitude pour nous jeunes médecins, en formation, d’apprendre le suicide d’un confrère, d’une consœur, de nos collègues médicaux, paramédicaux dont l’encadrement des risques psycho-sociaux n’est pas à la hauteur.

Chaque drame est différent et n’est pas nécessairement directement lié au travail. Il s’agit toujours de situations complexes, personnelles dont le travail est soit un facteur prépondérant, soit un facteur aggravant. Nous nous devons de respecter chaque situation par respect encore une fois pour ces familles et ces proches qui ont déjà perdu quelqu’un.

Marine adorait profondément son métier, les patients dont elle avait la charge.

Cependant, elle était également consciente des mutations de nos conditions d’exercice, de nos conditions de vie, de ce droit au bonheur et à l’épanouissement au travail qu’elle souhaitait pour tous. Elle s’était investie dans son corps de métier pour agir et participer à ce changement, pour que les futures générations en profitent un jour.

Aujourd’hui nous ne demanderons rien à nos institutions référentes, rien à notre ministère de tutelle, rien à l’AP-HP. L’heure est au recueillement, au chagrin et au soutien mutuel que nous pouvons nous apporter les uns les autres et à sa famille.

Demain, nous demanderons à nos représentants élus de se charger de travailler avec les institutions compétentes sur la prévention des risques psycho-sociaux dans nos professions de santé, incluant pour nous une réflexion plus globale sur la place, le rôle et le statut occupés par l’interne.

Trop de collègues, amis, proches, parents, nous ont quittés. Nous souhaitons renouveler nos condoléances à l’ensemble de sa famille et de ces multiples familles endeuillées. »

Signature : 

Pierre HAMANN, avec les internes de dermatologie de Paris

Avec le soutien de :

Alexandre ALLERA, Président du SIHP – sihp@sihp.fr
Jean-baptiste BONNET, Président de l’ISNI – president@isni.fr
Yanis MERAD, Président de l’ANEMF – president@anemf.org
Emanuel LOEB, Président de l’ISNCCA –  president@isncca.org

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share