Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

« Sérieux ? » interroge le CHFO (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

La mobilisation sans précédent dans les EHPAD le 30 janvier dernier est un acte d’engagement fort et déterminé des personnels des EHPAD. Le niveau de la mobilisation illustre  l’urgence de la situation et devrait  a minima amener les pouvoirs publics à le prendre en compte.

Jusqu’ici les demandes d’audiences auprès du ministère de la Santé comme auprès des plus hautes autorités publiques n’ont pas eu d’écho. Il est temps que les refus de recevoir les représentants syndicaux  et des associations soit remplacé par un signal d’écoute et de prise en compte de toute la souffrance exprimée au nom du respect de la dignité. A défaut, ce qui est perçu sur le terrain n’est que non intérêt ou  dénégation du problème. Avant toute proposition technique, les EHPAD en colère et en soufrance ont besoin d’une réponse » Politique ».

La réponse jetée en pâture est donc la nomination d’un médiateur qui rendra sa copie dans 4 mois.

Sérieux ? (Comme disent les jeunes) 

Faut-il véritablement avoir une énième expertise sur le secteur des personnes âgées pour éclairer le gouvernement sur les manques budgétaires, sur les effectifs insuffisants, sur le retard dans les investissements, sur le poids croissant des restes à charge de moins en moins supportables, sur la complexité et l’illisibilité pour le commun des mortels des dispositifs, sur la distorsion entre les obligations des établissements et leurs moyens pour les honorer, ou encore  sur la détresse de  leurs agents. Le 30 janvier ne dit pas autre chose que la nécessité d’avoir une ambition sage pour nos ainés et des mesures d’envergure pour assurer le service qui est dû aux personnes âgées dépendantes, fragiles  et vulnérables.

Peut-on raisonnablement penser que le ministère a encore besoin de compléter son information alors que, depuis plus de 15 ans, se sont multipliés les rapports, les « concertations » et les groupes de travail, alors que les expérimentations, les réformes de financement et de gouvernance, les évaluations internes et externes, les enquêtes et remontées d’information se sont succédées? Sans parler des guides de bonnes pratiques, recommandations et protocolisation en matière médico-sociale, édités pour le compte ou sous la responsabilité des pouvoirs publics…Il est temps d’agir. Il est temps d’inscrire dans les orientations et actes gouvernementaux  la situation dans les EHPAD.

Qu’il faille « remettre l’ouvrage sur le métier »  ne fait aucun doute !  Mais en attendant les conclusions d’une nouvelle concertation – encore une – il y a une situation d’urgence à traiter. L’urgence est de retirer la convergence tarifaire et d’améliorer le financement des établissements.  C’est  aussi réparer  la suppression des emplois aidés qui porte atteinte à de nombreuses personnes, souvent déjà socialement abimées, et très impliquées dans leur travail.

C’est  encore restituer les crédits CNSA détournés de leur objet  pour raisons « économiques » ,  c’est enfin  mettre en œuvre sans délai les engagements pris par  l’Etat, qui étaient de réaliser avant la fin 2012 , l’obtention  un ratio d’encadrement de 1 pour 1 dans les établissements accueillant les personnes âgées dépendantes.

Sans relâche, le CH-FO le demande parce qu’ au-delà de la très nécessaire et impérieuse revendication d’amélioration des conditions de travail et de la rémunération de l’ensemble des agents du secteur, il s’agit d’une question de dignité, de respect pour les personnes accueillies comme pour les personnes qui s’en occupent au quotidien.

Les revendications portées par  7 organisations syndicales et 2 associations nationales de directeurs, auxquelles se sont joints des associations de retraités restent  au service d’un choix de société pour honorer les « anciens ». Nul doute que les réponses attendues sont urgentes.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share