Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Les internes s’alarment des propos du nouveau président de la conférence des doyens (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

L’ISNI a pris connaissance de l’interview du Pr Sibilia, élu récemment à la tête de la conférence des doyens.

« Alors que les internes sont une fois de plus en deuil, les propos tenus dans cette interview sont un déni de la réalité : entre janvier 2017 et janvier 2018, ce sont 10 internes qui ont trouvé la mort par suicide. Ces propos nous interpellent d’autant plus qu’ils sont tenus par un professeur et doyen censé se préoccuper de la santé des futurs médecins. Nous pensions avoir insufflé une prise de conscience collective, il semble que ce ne soit pas encore le cas. Par le présent communiqué, nous souhaitons déconstruire une dialectique délétère, scientifiquement fausse, et qui remet profondément en question toute démarche progressiste sur un sujet grave qui touche toute l’opinion publique.

Notre enquête de santé mentale, mais également plusieurs études concordantes, montrent que les internes présentent 2 à 5 fois plus d’idées suicidaires que la population générale. Elle montre également un taux d’anxiété 4 fois supérieur et un taux de dépression 2 fois supérieur à la population générale.

L’étude de Frieder et al. montre qu’il y a « 19% de facteurs précipitants professionnels [chez les médecins] versus 4% chez des enseignants ».L’organisation structurelle du système de santé pose des questions qui ont trait à la santé mentale des individus. Madame la Ministre de la santé et son gouvernement ont pour mémoire commandé un rapport au médiateur national Edouard Couty, à la suite du suicide d’un neurochirurgien au CHU de Grenoble. Les premiers éléments de cette mission ont pointé sans équivoque des difficultés structurelles. S’il est primordial de proposer des prises en charge de qualité en assurant notamment la continuité des soins, il n’est absolument pas tolérable que cette mission ait un « coût humain, qu’il faut réguler le mieux possible ». Il est primordial et urgent que l’omerta sur les risques psychosociaux menant au suicide de nos cointernes soit levée, et que cette ouverture soit d’abord menée par nos enseignants et dirigeants qui ont la responsabilité de notre bien-être.

Nous n’admettons pas cette posture et souhaitons que soient pérennisés les préceptes du serment d’Hippocrate qui consiste en partie en cette maxime :

« J’apporterai mon aide à mes confrères ainsi qu’à leurs familles dans l’adversité. »

L’ISNI tient à rappeler que la lutte contre les risques psychosociaux est l’affaire de tous comme le soulignent les résultats et propositions issues de la grande enquête nationale de santé mentale[1]menée par les 4 structures représentatives des jeunes et futurs médecins. »

Contacts presse :
Jean-baptiste BONNET – Président – president@isni.fr
Sébastien POTIER – Vice-président en charge de la Prévention des Risques Psychosociaux – prevention.rps@isni.fr

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share