Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Mobilisation de la Fédération Française d’Allergologie « pour protéger les patients et sa spécialité » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Le remboursement des traitements de désensibilisation pour les patients allergiques est gravement menacé puisque le Ministère des Solidarités et de la Santé examine actuellement la possibilité de le baisser à hauteur de 15 % pour les traitements par voie sublinguale (vs 65% aujourd’hui) et un déremboursement complet pour les traitements par voie injectable.

40% des patients suivis n’auront plus accès à leur traitement

Si cette décision est prise, les conséquences seront lourdes pour l’ensemble des allergiques. La spécialité de l’allergologie en souffrira beaucoup puisque les produits qui servent au diagnostic risqueront de disparaître et les internes se détourneront de cette spécialité récemment reconnue.  Les patients seront les premiers impactés avec en première ligne les enfants, qui ne disposeront plus des diagnostics appropriés. Alors qu’il y a en moyenne 7 ans d’errance thérapeutique pour diagnostiquer une allergie et seulement 1 allergologue pour 30 000 habitants[1], cette décision amènera avec elle une médecine à deux visages, qui creusera encore plus les écarts d’accès aux soins pour les patients.

Quelle politique en termes de santé publique ?

En 2050, 1 personne sur 2 sera touchée par une allergie respiratoire, c’est pourquoi l’OMS a classé l’allergie au 4ème rang des affections chroniques mondiales. Or la désensibilisation est le seul traitement capable de modifier l’allergie durablement pour la faire disparaitre. Sans traitements, la société assistera à une forte augmentation de pathologies allergiques telles que la rhinite allergique ou encore l’asthme, qui touche déjà plus de 6 millions de personnes en France et dont le coût sociétal dépasse largement celui de la désensibilisation.

Chiffres clés concernant les allergies :

•Environ 10 millions de patients sont concernés[2].

•50% de la population mondiale sera affectée par une maladie allergique (asthme, rhinite etc) d’ici 2050 selon l’OMS.

•50 à 80% des asthmes sont d’origine allergique[3].

•Les allergies respiratoires sont la première cause de perte de productivité en France et représentent 7 millions de journées de travail perdues soit 1 milliard d’euros3.

•900 millions d’euros sont dépensés en hospitalisation, nombre qui pourrait être considérablement réduit si on considère qu’un asthme non contrôlé et pris en charge tardivement coûte 538 euros par mois contre 85 euros si le patient est correctement suivi[4]

Contacts presse – H+K Strategies France :

Adeline Gallet / adeline.gallet@hkstrategies.com / +33 (0)1 41 05 44 28
Caroline Le Got / caroline.legot@hkstrategies.com / +33 (0)1 41 05 44 46

 

[1] L’offre de soins en allergologie en 2011, P. Demoly ; I. Bossé ; F. Bouteloup ; F. De Blay ; A. Didier ; J-P. Dumur ; B. Girodet ; J.Just ; C. Rolland ; D. Vervloet ; Revue française d’allergologie 51 (2011) 64-72

[2] Syndicat français des allergologues

[3] Le grand livre des allergies, Fédération française d’allergologie, Pr. B. Wallaert et Dr. J. Birnbaum, 2014

[4] Doz M. et al. The association between asthma control, health care costs, and quality of life in France and Spain. BMC Pulmonary Medecine 2013 ; 13 : 15

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share