Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Insuffisance rénale : l’urgence d’une réforme (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Différents travaux réalisés ces dernières années – Etats Généraux du Rein, HAS, CNAMTS, Cour des comptes HCAAM, etc. – ont montré la nécessité d’améliorer des aspects importants de la prise en charge des maladies rénales : il faut impérativement améliorer l’accès à la transplantation rénale et à la dialyse autonome, réduire fortement les disparités géographiques et sociales dans l’accès aux thérapeutiques, assurer une meilleure information des patients et le libre choix de leurs traitements, leur garantir des parcours optimaux, conformes aux recommandations.

Le mode de tarification actuel de la dialyse a été clairement identifié, à de multiples reprises, comme un des principaux freins au développement des pratiques qui permettraient d’améliorer la qualité des soins des patients, leur autonomie et leur qualité de vie.

Malgré ces constats accablants et l’identification de leurs causes, en particulier financières, aucune action concrète n’a à ce jour été entreprise pour y remédier. Les patients continuent d’être orientés vers les stratégies de traitement les plus coûteuses, non optimales et non adaptées, au détriment de leur qualité et de leur espérance de vie et au prix de pertes de chances importantes. La solidarité nationale continue de financer en aveugle et au prix fort des soins non pertinents.

Une réforme globale et ambitieuse est désormais nécessaire et urgente. Il est nécessaire d’affirmer que l’intérêt des personnes malades et la santé publique doivent l’emporter sur les lobbies économiques et médicaux. Avec le courage politique et la volonté de changement nécessaires, l’insuffisance rénale peut être à l’origine d’un nouveau modèle vertueux de financement et de prise en charge pour l’ensemble des maladies chroniques.

De nouveaux espoirs

La stratégie de transformation du système de santé qui vient d’être annoncée par le Premier ministre nous permet de fonder de nouveaux espoirs.

Les documents de référence de cette nouvelle stratégie mettent clairement en exergue que la qualité pour le patient doit être  » la boussole de nos organisations « . Et Renaloo se félicite que le Premier ministre attende, notamment dans le domaine de l’insuffisance rénale, des propositions d’actions pour  » améliorer, dans les pratiques, la pertinence des soins « , intimement liée, comme chacun sait, aux modes de rémunération.

Renaloo salue la mise en place d’une task-force en vue de repenser les modes de financement et la régulation de notre système de santé.

 » Rien sans nous « 

Renaloo mène de longue date un travail d’expertise sur le contenu cette réforme indispensable. Nos dernières propositions, autour de l’organisation et du financement des parcours, co-construits avec les personnes malades, ont été récemment rendues publiques.

Fidèles à nos idéaux de plus grande implication des personnes directement concernées, nous formons le vœu que notre association soit, comme les acteurs de la prise en charge, partie prenante de ces travaux. Dès leur initiation. Non pas pour donner un avis  » après dires d’experts « , mais dès le début, pour cadrer les orientations de travail et discuter des conclusions opérationnelles à mettre en œuvre !

C’est pourquoi, Renaloo réitèrera auprès de la Haute Autorité de Santé comme de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) sa demande d’inclusion dans les instances chargées de traiter tant la pertinence des parcours que leurs nouveaux modes de financement.

Contact presse : Magali LEO

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share