Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

« L’accès à l’hygiène des personnes en situation de grande exclusion est un enjeu de santé publique », pour la Croix-Rouge (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Promouvoir et faciliter l’accès à l’hygiène des personnes en situation de grande exclusion : un enjeu de santé publique pour la Croix-Rouge française

Les personnes en situation de grande exclusion considèrent que prendre soin de soi, c’est dormir à l’abri, pour 93% d’entre elles, mais 89% considèrent aussi que c’est pouvoir se laver, essayer de bien manger et avoir des vêtements propres*.

Elles sont en effet particulièrement fragilisées par des problèmes de santé liés au manque d’hygiène personnelle et sont largement exposées aux problèmes et affections cutanées. L’hygiène est un enjeu majeur de santé publique qui constitue aussi le fondement de la dignité, du bien-être, de la valorisation de l’estime de soi et de l’insertion sociale. C’est la raison pour laquelle la Croix-Rouge française confirme son ambition et son engagement à promouvoir et faciliter l’accès à l’hygiène des populations en situation de grande précarité

L’hygiène, un enjeu majeur de santé publique

En 2011, la Croix-Rouge française et Essity lançaient l’opération « Kits hygiène et bien-être », afin de concrétiser une ambition commune – rendre l’hygiène accessible à tous –. Le principe : distribuer des kits contenant des produits d’hygiène aux personnes rencontrées par les équipes mobiles/Samu sociaux de la Croix-Rouge française lors de maraudes ou aux personnes orientées vers les lieux d’accueil de jour et les points hygiène.

Depuis, plus de 630 000 kits ont été distribués aux personnes en situation de grande précarité et Essity vient de renouveler son engagement auprès de la Croix-Rouge française pour trois années encore.

La mesure d’impact rendue en 2015* montre à quel point cette initiative répond à de vraies attentes. Si les Français ont une vision assez négative de l’hygiène des personnes sans-abri et pensent qu’elles n’ont pas l’habitude de prendre soin d’elles, notamment en se lavant régulièrement, les personnes en grande précarité répondent volontiers que prendre soin de soi, c’est dormir à l’abri certes (93%), mais aussi, de manière massive, se laver le corps (89%), essayer de bien manger et avoir des vêtements propres. Cette étude a été malheureusement confirmée lors de l’évaluation menée tout récemment par les équipes de la Croix-Rouge française auprès de migrants dans la région Hauts-de-France lors de la mise en place de son dispositif mobile d’urgence. Gale, impétigo, dermatites… la majorité des problèmes de santé constatés chez les personnes migrantes sont des pathologies dermatologiques liées aux conditions de vie très précaires en extérieur, aux difficultés d’accès à l’eau et au manque d’hygiène.

Les Kits Hygiène et bien-être

L’objectif de l’opération « Kits Hygiène et bien-être » est triple : améliorer l’accès à l’hygiène et aux soins, accompagner les bénéficiaires vers l’autonomie et le développement de l’estime de soi et faire évoluer les mentalités et les tabous en matière d’hygiène.

Différenciés pour les hommes et les femmes, ces kits couvrent les besoins en produits d’hygiène pour trois jours. Ils contiennent : brosse à dents, dentifrice, rasoir, gel douche/shampooing, préservatifs, miroir, brosse à cheveux, mouchoirs, protections périodiques…

Intégré à chacun des kits, un livret intitulé « Votre bien-être, votre santé », traduit en six langues, donne des informations sur les règles d’hygiène et de santé et fournit des numéros de téléphone d’urgence. Ces kits représentent également un excellent support pour initier un premier dialogue avec les bénéficiaires et créer du lien social.

Nécessité de développer et structurer des points hygiènes

Si les personnes en situation de grande exclusion souhaitent pouvoir prendre soin d’elles, elles ont souvent des difficultés à trouver des lieux où le faire.

La mesure d’impact* montre que seuls 15 % des bénéficiaires des kits hygiène déclarent prendre une douche quotidienne. La majorité d’entre eux prend en moyenne moins de quatre douches par semaine et un quart doit se contenter d’une toilette au lavabo.

En cause, des difficultés d’accès aux produits d’hygiène mais également des lieux en nombre insuffisant pour pouvoir se laver. Ces lieux ne sont pas toujours régulièrement fréquentés par les bénéficiaires : temps d’accès et d’attente pour se laver trop longs, trop peu de structures… en sont les principales raisons.

Toujours avec le soutien financier d’Essity, la Croix-Rouge française a décidé de rénover, structurer et développer des points d’accueil de jour afin d’offrir un accès à l’hygiène corporelle et vestimentaire. Munis de douches, lavabos et laveries, ces points d’accueil permettent ainsi aux personnes sans abri de se laver et de laver leurs effets personnels mais également d’être orientées vers les acteurs sanitaires et sociaux de leur territoire. En 2017, 9 points hygiène ont été rénovés en France.

*Mesure de l’impact social de l’opération « Kits hygiène et bien-être » – Croix-Rouge française / Essity

Le recueil de données a été effectué entre février 2013 et juin 2014 auprès de trois publics cibles :

·  239 bénéficiaires pour moitié accueillis dans des centres d’accueil d’urgence et pour moitié vivant dans la rue,

·  36 bénévoles dont les ¾ sont impliqués dans des équipes mobiles,

·  Le grand public via un panel représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogé sur les comportements de consommation et d’usage des produits d’hygiène.

Contacts presse :

Christèle Lambert-Côme – 01 44 43 12 07 – christele.lambert-come@croix-rouge.fr
Elodie Bourdillel – 01 44 43 12 80 – elodie.bourdillel@croix-rouge.fr

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share