Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Europe de la Santé : touriste ou patriote ? L’exemple des soins dentaires (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Entre 300 000 et 450 000 patients français se font soigner chaque année hors de l’hexagone. Ils sont remboursés à leur retour par le Centre National des Soins à l’Étranger grâce au mécanisme européen**.

Le 9 mars 2018 est la date anniversaire de l’Europe de la santé*.

A l’heure où l’accès aux soins est au cœur des débats en France, l’Europe apporte-t-elle des solutions ? Le « patriotisme médical » est-il un obstacle supplémentaire à l’accès aux soins ?

Lorsqu’il s’agit de soins programmés, 1 Français sur 10 déclare y penser mais peu franchissent le pas***.

Le « tourisme médical » (terme global et dévalorisant pour désigner les « soins transfrontaliers ») reste encore mal connu et parfois l’objet de fantasmes ou de caricatures. Alors même que le dispositif est utile au patient, recommandé et encadré par l’Union Européenne, les corporatismes y voient eux une grave atteinte à leur rente de situation et s’y opposent fermement.

Qu’en est-il réellement des soins en Europe ? Le patient doit-il se comporter comme un « patriote » lorsqu’il s’agit de sa santé, même au prix d’un surcoût ou pire, d’une absence de soins ? Le patient est-il condamné à l’inverse à devenir un « touriste » dénué de tout scrupule ou livré à lui-même en quête de soins ?

L’exemple des soins dentaires est parlant : le phénomène qui peut être qualifié de « tourisme dentaire » se développe mais se heurte aussi à un certain corporatisme.

Eurodentaire développe ici les arguments des deux camps et a posé la question à des patients ayant réalisé un traitement dentaire complet en Hongrie pour connaître leur avis.

Découvrir les motivations, les avantages, les limites et les obstacles dans le dossier « Patriotisme médical, un nouvel obstacle aux soins »

* Directive n° 2011/24/UE du 9 mars 2011 relative à l’application des droits des patients en matière de soins de santé transfrontaliers, qui vise à garantir la mobilité des patients et la libre prestation de services de santé. Elle est applicable depuis le 25 octobre 2013 dans les Etats membres de l’Union européenne
** Le CNSE a reçu 294 200 dossiers en 2015, soit une hausse de 11,6% par rapport à 2014

*** Selon une enquête du CISS d’octobre 2014, 11% des interrogés envisage de recourir à des soins médicaux programmés à l’étranger. Mais seuls 2% déclarent avoir déjà planifié et pratiqué des soins en dehors de nos frontières.

> Contact presse : eurodentaire@zpresse.org

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share