Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

« La Smerep fait le point sur la santé des jeunes » (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

Insomnies, réveils nocturnes, nuits courtes… À l’occasion de la 18ème Journée mondiale du sommeil, la SMEREP fait le point sur un problème récurrent qui impacte la vie des jeunes

Plus de 60% des étudiants affirment souffrir d’au moins un trouble du sommeil.

Selon l’étude santé conduite par Opinion Way pour la SMEREP(1), 62% des étudiants déclarent souffrir d’au moins un trouble du sommeil, un chiffre en hausse comparé à 2016 (58%). Parmi eux, 41% ont des difficultés d’endormissement, 25% des réveils nocturnes et 21% souffrent d’insomnies.

Dans le cadre de son parcours de prévention santé, la SMEREP a mis en place au sein de son accueil Saint-Michel, des ateliers gratuits et ouverts à tous. Les étudiants et lycéens pourront être informés et sensibilisés de manière ludique, notamment sur leur besoin de sommeil, et plus généralement sur la manière de concilier, rythme étudiant et sommeil.

« Le sommeil joue un rôle fondamental sur le bien-être et la santé, c’est pour cela que la SMEREP s’engage à conseiller et orienter les étudiants et lycéens lors d’ateliers les aidant à comprendre ce qui peut influencer leur sommeil et les manières dont l’améliorer. En agissant de manière préventive, la SMEREP souhaite également prévenir tous comportements à risque, comme la prise de médicaments aidant au sommeil. Pour tenter de remédier à ce problème, une brochure est notamment disponible sur www.smerep.fr/prevention », commente Hadrien Le Roux, Président de la SMEREP.

Un quart des étudiants dort moins de 6 heures par nuit

Parmi ces étudiants en proie à des troubles du sommeil, 67% affirment que le stress lié aux études est à l’origine de leurs difficultés nocturnes. Ce chiffre atteint même 71% si l’on fait un focus sur l’Ile-de-France. Les problèmes affectifs (37%) et les problèmes familiaux (22%) font également partie des raisons citées par le panel.

Côté lycéens, ils sont près de la moitié à déclarer avoir au moins un trouble du sommeil suite au stress (46%). Parmi eux, 35% souffrent de difficultés d’endormissement et 15% de réveils nocturnes. Les raisons sont les mêmes que pour les étudiants avec 59% des lycéens français stressés par leurs études, puis, près de 50% qui pensent à ce qu’ils ont à faire le lendemain ou dans la semaine.

Ces phénomènes sont amplifiés par la très faible durée du sommeil. Une difficulté majoritairement ressentie par les jeunes puisque, près de 70% des lycéens ne dorment qu’entre 6 et 8 heures par nuit et près de 20% dorment moins de 6 heures ! Ces chiffres augmentent encore dès l’entrée en études supérieures, puisque les étudiants d’Ile-de-France, sont plus de 25% à dormir moins de 6 heures par nuit.

 

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share