Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

Les Français et le cannabis : où en est-on ? (Enquête)

Imprimer la liste
Share

Où en sont les Français avec le cannabis ? Cette enquête inédite réalisée par l’Ifop pour Terra Nova et ECHO Citoyen dresse le portrait d’une opinion qui a évolué ces dernières années de la condamnation à l’ouverture et qui se trouve aujourd’hui à un point de bascule. D’un côté, la dangerosité du cannabis a été clairement révisée à la baisse et les politiques actuelles sont jugées Inefficaces par l’immense majorité des sondés. De l’autre, l’opinion reste partagée sur les politiques alternatives qui devraient être mises en place à l’avenir. En somme, ce n’est plus le besoin de changement qui fait débat, mais sa nature.

Les positions en faveur d’une régulation du marché du cannabis par l’Etat se situent désormais autour de 50% de la population. Mais il s’agit d’une ouverture maîtrisée : l’idée d’un marché régulé du cannabis n’est envisagée qu’avec une forte intervention de la puissance publique et le maintien de certains interdits. 51% des Français (contre 40% d’une opinion contraire) seraient ainsi favorables à « une régulation et un encadrement du cannabis » qui fixeraient « des règles concernant sa production, sa distribution et sa consommation tout en maintenant son interdiction dans certains cas » (en l’occurrence, au volant, dans les lieux publics et pour les mineurs). En outre, les Français reconnaissent volontiers les effets positifs d’une telle réforme (surcroît de recettes fiscales, qualité des produits, renforcement de la lutte contre le marché illégal et les trafics…). Et, s’ils redoutent qu’elle s’accompagne d’une banalisation de l’usage du cannabis, ils ne craignent plus qu’elle favorise une perte des valeurs morales ou la consommation d’autres drogues.

Les Français plébiscitent par ailleurs très largement l’autorisation du cannabis thérapeutique sur ordonnance médicale, quelle qu’en soit la forme (médicamenteuse, fleur séchée, huile, extraction, etc.). De même, ils souhaitent que le surcroît de recettes fiscales qui pourraient être tirées d’un marché régulé du cannabis soit affecté en priorité au financement du système de santé, à la prévention/information sur les drogues et à la lutte contre d’autres trafics. Signe de la maturité croissante de l’opinion, une large majorité des sondés souhaite que soit organisé un grand débat sur ces questions dans notre société.

Lire l’étude.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share