Filtres
Type d'information
Secteur
Zone géographique
Période
Tri

L’OMS et l’ONU ont défini des mesures pour atteindre les objectifs mondiaux de vaccination contre le COVID (Communiqué)

Imprimer la liste
Share

L’Organisation mondiale de la santé a lancé, le 7 octobre 2021, la Stratégie pour une vaccination mondiale contre le Covid-19 d’ici la mi-2022 pour aider à mettre fin à ce qui est devenu une pandémie à deux voies : les populations des pays les plus pauvres continuent d’être à risque tandis que ceux des pays plus riches avec des taux de vaccination élevés bénéficient d’une protection beaucoup plus grande.

Lire le communiqué de presse de l’OMS

L’OMS s’était fixé pour objectif de vacciner 10% de chaque pays, économie et territoire d’ici fin septembre, mais à cette date, 56 pays n’avaient pas été en mesure de le faire, dont la grande majorité sont des pays d’Afrique et du Moyen-Orient.

La nouvelle stratégie décrit un plan pour atteindre les objectifs de l’OMS de vacciner 40 % de la population de chaque pays d’ici la fin de cette année et 70 % d’ici la mi-2022.

« La science a joué son rôle en fournissant des outils puissants et vitaux plus rapidement que pour n’importe quelle épidémie de l’histoire », a déclaré le directeur général de l’OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus. « Mais la concentration de ces outils entre les mains de quelques pays et entreprises a conduit à une catastrophe mondiale, les riches étant protégés tandis que les pauvres restent exposés à un virus mortel. Nous pouvons encore atteindre les objectifs pour cette année et l’année prochaine, mais il faudra un niveau d’engagement politique, d’action et de coopération, au-delà de ce que nous avons vu à ce jour. »

« Il s’agit d’une sortie chiffrée, coordonnée et crédible de la pandémie de COVID-19 pour tout le monde, partout », a déclaré le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres. « Sans une approche coordonnée et équitable, une réduction des cas dans un pays ne sera pas durable dans le temps. Pour le bien de tous, nous devons d’urgence amener tous les pays à un niveau élevé de couverture vaccinale.

Pour atteindre les objectifs mondiaux de vaccination, il devrait y avoir une approche en trois étapes de la vaccination, avec tous les adultes plus âgés, les agents de santé et les groupes à haut risque de tous âges, dans chaque pays vaccinés en premier, suivis par l’ensemble du groupe d’âge adulte dans chaque pays et enfin l’extension de la vaccination des adolescents.

Vacciner 70 % de la population mondiale nécessite au moins 11 milliards de doses de vaccin. Fin septembre, un peu plus de 6 milliards de doses avaient déjà été administrées dans le monde. Avec une production mondiale de vaccins maintenant à près de 1,5 milliard de doses par mois, il y a suffisamment de vaccins du point de vue de l’approvisionnement pour atteindre les objectifs mondiaux de vaccination à condition qu’il y ait une distribution équitable de ces doses.

Des financements substantiels ont déjà été investis pour acheter la plupart des doses de vaccin requises pour les pays à revenu faible et intermédiaire inférieur par le biais de COVAX, de l’African Vaccine Acquisition Trust (AVAT) et de contrats bilatéraux. Des investissements supplémentaires sont nécessaires pour sécuriser les doses de vaccin restantes pour ces pays ainsi que des investissements pour soutenir la livraison dans le pays.

La stratégie décrit les actions prioritaires nécessaires de la part des différents acteurs pour atteindre les objectifs.

Tous les pays doivent :

  • Établir des objectifs et des plans nationaux mis à jour pour le vaccin COVID-19 définissant les doses requises pour guider les investissements dans la fabrication et la redistribution des vaccins, et les besoins en ressources financières et programmatiques pour guider la planification interne et le soutien externe ;
  • Surveiller attentivement la demande et l’utilisation des vaccins pour adapter rapidement les services et assurer la continuité des approvisionnements en vaccins ;
  • S’engager à une distribution équitable des vaccins conformément à l’approche en trois étapes de l’OMS ;
  • Réviser les stratégies nationales de vaccination, les politiques et les priorités selon les besoins afin d’exploiter les preuves émergentes afin de maximiser l’impact des vaccins existants, modifiés et nouveaux.

Les pays à forte couverture vaccinale doivent :

  • Échanger les calendriers de livraison des vaccins, avec COVAX et AVAT pour améliorer la couverture dans les pays qui en ont besoin ;
  • Remplir et accélérer les engagements de partage de doses de vaccins et de dons envers COVAX à court terme, pour ceux qui ont déjà pris des engagements ;
  • Établir de nouveaux engagements de partage de dose pour faciliter les progrès vers l’objectif de couverture de 70 % dans chaque pays.

Les pays producteurs de vaccins doivent :

  • Permettre la libre circulation transfrontalière des vaccins finis et des matières premières ;
  • Permettre une production diversifiée de vaccins, à la fois géographiquement et technologiquement, notamment grâce à des licences non exclusives et transparentes et au partage de savoir-faire pour permettre le transfert de technologie et l’intensification de la fabrication.

Les fabricants de vaccins COVID-19 doivent :

  • Prioriser et exécuter les contrats COVAX et AVAT de toute urgence ;
  • Assurer une transparence totale sur la production mensuelle globale de vaccins COVID-19 et des calendriers mensuels clairs pour l’approvisionnement du COVAX, de l’AVAT et des pays à revenu faible et intermédiaire, afin de permettre une planification appropriée aux niveaux mondial et national et une utilisation optimale des fournitures rares ;
  • S’engager activement et travailler avec les pays qui ont une couverture élevée et qui ont contracté des volumes élevés de vaccins pour permettre la priorisation des contrats COVAX et AVAT, y compris par le biais d’échanges de calendrier de livraison, et faciliter le partage rapide et précoce des doses ;
  • S’engager à partager le savoir-faire plus rapidement, à faciliter le transfert de technologie et à fournir des licences volontaires non exclusives transparentes, afin de garantir que l’approvisionnement futur en vaccins est fiable, abordable, disponible et déployé dans chaque pays dans des volumes et un calendrier permettant un accès équitable.

La société civile, les organisations communautaires et le secteur privé doivent :

  • Plaider localement, nationalement et internationalement pour un accès équitable aux vaccins, tests et traitements COVID-19, en appelant et en surveillant en particulier les actions spécifiques requises des fabricants, des gouvernements et des acteurs multilatéraux ;
  • Mobiliser et autonomiser les communautés, notamment par le biais des médias sociaux et des réseaux communautaires, pour générer une forte demande de vaccins et lutter contre la désinformation et les perceptions erronées qui contribuent à l’hésitation face à la vaccination ;
  • Fournir un soutien à la prestation de programmes et de services de vaccination dans le pays.

Les banques et institutions multilatérales de développement mondiales et régionales doivent :

  • Permettre aux pays d’accéder plus rapidement aux capitaux et au soutien externe nécessaires à la livraison des vaccins dans le pays, en donnant la priorité aux pays à faible revenu et en ciblant en particulier le soutien aux ressources techniques, logistiques et humaines requises ;
  • Engagez-vous pleinement avec COVAX/ACT-Accelerator et AVAT, avec des opérations intégrées et un partage d’informations en temps réel pour vraiment soutenir un accès équitable ;
  • Soutenir les mécanismes internationaux d’approvisionnement et d’allocation pour permettre à tous les pays d’atteindre de manière équitable, efficace et rapide les objectifs de vaccination contre le COVID-19 ;
  • Soutenir les plans de distribution de vaccins et une campagne pour faire comprendre l’importance vitale des vaccinations approuvées contre le COVID-19.

Pour leur part, l’OMS, Gavi, l’UNICEF et le CEPI doivent travailler en étroite collaboration avec la Banque mondiale, l’Organisation mondiale du commerce, le Fonds monétaire international, le CDC Afrique, l’AVAT et d’autres partenaires clés pour suivre les progrès, identifier les changements nécessaires pour résoudre les goulots d’étranglement, coordonner les informations. et prioriser les actions ; continuer à co-diriger et gérer le pilier COVAX d’ACT-Accelerator ; soutenir l’allocation équitable des vaccins disponibles, en particulier vers les pays à revenu faible, intermédiaire de la tranche inférieure et en retard de développement ; soutenir directement les pays pour développer et maintenir des programmes de livraison de vaccins COVID-19 rapides, efficaces et de haute qualité qui peuvent atteindre les objectifs mondiaux ; aborder les principaux problèmes de recherche, de politique, de sécurité et de réglementation pour optimiser l’impact des vaccins ; et surveiller et rendre compte mensuellement des progrès accomplis vers les objectifs mondiaux de vaccination contre le COVID-19.

Le Secrétaire général des Nations Unies et le Directeur général de l’OMS appellent les pays et les fabricants à honorer leurs engagements sans plus tarder 

Voir également:

Contact:

mediainquiries@who.int

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Share